Avis aux détaillants : les escroqueries au coronavirus fleurissent un peu partout (en anglais)

Version imprimable, PDF et e-mail

La Fédération nationale du commerce de détail (NRF) des États-Unis a publié une série de mises à jour au sujet des conséquences possibles du coronavirus (covid-19) sur les clients et les employés des chaînes logistiques et des commerces de détail. En parallèle, de nombreuses entreprises reçoivent également des communications similaires de la part du Centre américain pour le contrôle des maladies (CDC), du Département d'État américain et de plusieurs autres organismes gouvernementaux. À cela s'ajoutent probablement les messages provenant de réseaux d'entreprises, de membres de la famille ou encore d'amis.

Il existe de nombreux types de coronavirus humains, mais le covid-19 est un virus récent qui n'a encore jamais été observé chez l'homme. Selon les données compilées par le Centre pour la science et l'ingénierie des systèmes de l'université Johns Hopkins, il y aurait plus de 91 000 cas confirmés dans le monde au moment d'écrire ces lignes.  Comme vous pouvez l'imaginer, une pléthore d'e-mails et de sites web diffusent à l'heure actuelle des informations sur le covid-19.

carte du coronavirus

Compte tenu de la quantité colossale d'informations que vous allez recevoir par e-mail et d'autres canaux, il est temps de faire le point sur les attaques par hameçonnage (ou phishing) et logiciels malveillants. Les criminels profitent invariablement des catastrophes, et la situation actuelle ne déroge pas à la règle. Jusqu'à présent, on a constaté qu'une poignée de pirates informatiques se faisaient passer pour des autorités et se servaient du coronavirus pour monter des arnaques.

Parmi les escroqueries les plus courantes, on trouve les messages promouvant de faux traitements et de fausses collectes de fonds. L'Organisation mondiale de la santé et le Bureau d'éthique commerciale (BBB) ont tiré la sonnette d'alarme contre ces deux pratiques. Il n'existe actuellement aucun vaccin approuvé par des autorités compétentes, et lorsqu'un traitement ou un vaccin sera disponible, mieux vaut éviter de vous le procurer par le biais d'un site Web ou d'un lien contenu dans un e-mail. Notez que ces arnaques ne se limitent pas aux seuls e-mails, mais s'étendent aujourd'hui également aux appels téléphoniques, aux SMS, aux fax et à d'autres moyens.

Les criminels se servent également du covid-19 pour lancer des attaques reposant sur des logiciels malveillants. À ce propos, une campagne de spam sur le thème du coronavirus a exploité des macros malveillantes dans des pièces jointes Microsoft Office pour infecter des postes de travail avec le trojan Emotet. L'émetteur se faisait passer pour un fournisseur de services d'aide aux personnes handicapées et ciblait les utilisateurs japonais. Des attaques plus récentes usurpant l'identité du CDC se propagent actuellement aux États-Unis et au Royaume-Uni plusieurs autres menaces en plus du trojan Emotet.

Les pirates informatiques se servent du #coronavirus #covid19 pour tromper les gens en les incitant à acheter de faux remèdes ou à télécharger des #malwares. Se font-ils passer pour vous dans leurs escroqueries ? #venteaudétail #chaînelogistique #DMARCCliquez pour tweeter

Les attaques que nous avons évoquées jusqu'à présent partent du principe que les pirates essaient de vous tromper en se faisant passer pour une autorité qu'ils ne sont pas. En tant que commerçant, vous devez vous préparer à la possibilité qu'ils puissent utiliser votre marque pour arriver à leurs fins. Et si vous distribuez des produits pharmaceutiques ou médicaux, le moment est tout indiqué pour que ces criminels se fassent passer pour vous.

Le covid-19 peut affecter votre entreprise en raison de la fermeture prolongée de certains fournisseurs, de retards dans les transports ou, dans le pire des cas, d'une épidémie locale. Mais il peut également provoquer des dommages au travers d'attaques de logiciels malveillants qui infectent votre réseau et vos systèmes de point de vente, ou par des escroqueries d'hameçonnage vous coûtant des milliers de dollars.

L'alerte lancée par la Commission fédérale américaine du commerce (FTC) sur les arnaques liées au coronavirus propose une série de conseils pour s'en protéger. Barracuda propose également des solutions de cybersécurité destinées aux commerçants, qui protègent aussi bien les entreprises que les employés contre les logiciels malveillants, les attaques par usurpation d'identité et bien plus.

Remonter en haut de page
Tweeter
Partager
Partager