Télétravail

Hausse des préoccupations de sécurité liées au télétravail pendant la crise du COVID-19

Version imprimable, PDF et e-mail

Alors que de plus en plus de personnes prennent leurs marques avec un nouveau mode de fonctionnement dû au recours massif des entreprises au télétravail, l'attention se tourne sans surprise vers les questions de productivité et de sécurité. Dans une enquête récente, Barracuda a pu constater que près de la moitié (46 %) des multinationales ont rencontré au moins un problème de cybersécurité depuis le passage au télétravail en raison du confinement lié au covid-19. De plus, quelque 49 % déclarent s'attendre à subir un incident de cybersécurité ou de violation de données dans le mois à venir du fait du télétravail.

L'enquête de portée mondiale, commandée par Barracuda et menée par l'institut de recherche indépendant Censuswide, comprend les réponses de plus de 1 000 décideurs situés au Royaume-Uni, aux États-Unis, en France et en Allemagne. Plus de la moitié des personnes interrogées (51 %) déclarent avoir déjà observé une augmentation des tentatives d'hameçonnage par e-mail depuis le passage au télétravail.

51 % de télétravail

Voici quelques conclusions à retenir :

  • 51 % des personnes interrogées ont déjà observé une augmentation des tentatives d'hameçonnage par e-mail depuis le passage au télétravail.
  • 51 % des personnes interrogées déclarent que leur main d'œuvre n'est pas à l'aise ou pas suffisamment formée aux risques informatiques liés au télétravail.
  • 46 % ne sont pas sûres que leurs applications Web sont sécurisées
  • 50 % ont autorisé leurs salariés à utiliser leur adresse e-mail et leurs machines personnelles pour poursuivre leur travail
  • 40 % des personnes interrogées ont réduit leur budget consacré à la cybersécurité pour faire des économies en vue de la crise du covid-19.

Les pièges d'une transition trop rapide

Les résultats de l'enquête indiquent très clairement que l'augmentation des craintes liées à la cybersécurité et des quantités de tentatives d'hameçonnage par e-mail ciblant les entreprises est causée par la situation de crise liée au covid-19, laquelle a forcé nombre d'entreprises à adopter le télétravail dans l'urgence afin de protéger la santé et la sécurité de leurs salariés. Inévitablement, le passage à un modèle entièrement basé sur le télétravail en si peu de temps a entraîné dans son sillage nombre de défis en matière de sécurité, compte tenu en particulier du nombre d'employés utilisant leurs machines personnelles pour échanger et partager des données.

En réalité, les études de Barracuda indiquent que 51 % des décideurs confirment que leur main d'œuvre n'est pas à l'aise ou pas suffisamment formée aux risques associés au fait de télétravailler à long terme. De surcroît, 46 % déclarent ne pas être sûrs que leurs applications Web sont totalement sécurisées et 50 % autorisent leurs salariés à utiliser leurs adresses e-mail et leurs machines personnelles pour poursuivre leur travail.

51 % des décideurs confirment que leur main d'œuvre n'est pas à l'aise ou pas suffisamment formée aux risques informatiques liés au télétravail à long terme #télétravail Cliquez pour tweeter

D'autres conclusions à retenir :

  • 46 % des personnes interrogées ont rencontré au moins un problème de cybersécurité depuis la généralisation du télétravail.
  • 49 % s'attendent à subir une violation de données ou un incident de cybersécurité dans le mois à venir du fait du télétravail.
  • 50 % envisageraient de réduire leurs effectifs si cela permettait de financer correctement la sécurité et la protection des données de l'entreprise.
  • 55 % déclarent qu'elles n'auraient pas mis en place le télétravail dans les 5 ans à venir sans la crise du covid-19.
  • 56 % prévoient de maintenir un télétravail généralisé même une fois la crise passée.
  • 53 % indiquent que la crise du covid-19 les a poussées à accélérer leurs plans de migration de l'ensemble de leurs données vers un modèle 100 % cloud.

56 % de télétravail

Les dangers d'une cybersécurité négligée

Mais le plus inquiétant est que deux entreprises sur cinq (40 %) admettent avoir réduit leur budget consacré à la cybersécurité pour faire des économies afin de faire face à la crise du covid-19.

Ce n'est probablement pas la bonne décision. Depuis que la pandémie de covid-19 a pris le monde d'assaut, des hackers opportunistes se sont mis à l'affut d'entreprises vulnérables à cibler, notamment celles qui auraient une infrastructure de sécurité affaiblie en cette période compliquée. Lorsque la cybersécurité cesse d'être une priorité ou qu'elle est négligée dans les entreprises, les hackers ont le champ libre pour cibler des télétravailleurs peu formés et vulnérables, à l'aide de méthodes d'hameçonnage par e-mail remarquablement poussées et redoutablement réalistes.

Avec des entreprises qui, pour beaucoup, entament leur troisième mois de télétravail, il est temps de recentrer les efforts sur un objectif : empêcher ces cybermenaces de s'étendre de manière incontrôlée. Dans cette période charnière, une seule violation de données pourrait suffire à porter un coup fatal aux entreprises, déjà fragilisées par la lutte contre le covid-19. Or, compte tenu du contexte actuel en matière de cybermenaces, il ne s'agit plus de savoir si la sécurité d'une entreprise finira par être mise à l'épreuve, mais quand.

Enquête Barracuda : 55 % des personnes interrogées déclarent qu'elles pas mis en place le #télétravail dans les cinq ans à venir sans la crise du #covid19Cliquez pour tweeter

Accélération des transitions

La pandémie de covid-19 a accéléré de manière significative le passage au télétravail, une tendance déjà à la hausse mais qui ne devait pas se généraliser de sitôt. Selon l'enquête Barracuda, 55 % des personnes interrogées déclarent qu'elles n'auraient pas mis en place le télétravail dans les cinq années à venir sans la crise actuelle. Pour nombre d'entreprises cependant, maintenant que la transition a eu lieu, le changement sera probablement durable. Plus de la moitié (56 %) des personnes interrogées déclarent prévoir de maintenir la généralisation du télétravail une fois la crise passée.

L'autre transition qui s'est accélérée en réponse à la situation actuelle est celle vers le cloud. Pas moins de 53 % des personnes interrogées déclarent que la crise du covid-19 les a poussées à accélérer leurs plans de migration de l'ensemble de leurs données vers un modèle 100 % cloud, ce qui aura un effet durable sur le fonctionnement de leur entreprise.

Autorisez le télétravail tout en sécurisant vos données pendant la pandémie du COVID-19

Remonter en haut de page
Tweeter
Partager
Partager