C'est le moment de conclure une affaire avec les télétravailleurs

Version imprimable, PDF et e-mail

Alors que la recherche de vaccins contre le COVID-19 avance à grands pas, les craintes qui se sont immiscées dans nos vies cette année ne devraient pas tarder à s'estomper. L'inconvénient ? Cet apaisement pourrait bien donner lieu à un relâchement en termes de cybersécurité pour les télétravailleurs du monde entier.

Et cette situation n'est pas pour déplaire à la majorité des utilisateurs finaux, qui voient d'un mauvais œil l'impact de ces outils de sécurité sur leur productivité. Le réseau privé virtuel (VPN) est ainsi bien souvent le premier outil à être désactivé en cas de problème de qualité lors d'une visioconférence.

Dans un tel contexte, les cybercriminels redoublent d'efforts pour cibler leurs attaques. Dans le cadre d'une enquête internationale récemment menée par SailPoint Technologies Holdings auprès d'utilisateurs finaux, près de la moitié des participants résidant aux États-Unis ont ainsi confié avoir reçu, dans un contexte personnel ou professionnel, des e-mails, messages ou appels de phishing ciblés au cours des six mois qui ont suivi leur passage au télétravail cette année. Plus de la moitié des sondés résidant dans la région EMEA ou en Australie/Nouvelle-Zélande (51 %) ont également indiqué avoir subi une attaque de phishing depuis le début de la pandémie, et 10 % ont dit subir une telle attaque au moins une fois par semaine.

Notons également que ces attaques ciblées devraient s'intensifier à mesure que les identifiants créés par les utilisateurs finaux en télétravail deviendront de plus en plus disponibles sur le dark Web. Toujours selon l'enquête menée par SailPoint, pas moins de 25 % des participants ont partagé leurs mots de passe professionnels avec un tiers, tel qu'un conjoint, un colocataire ou un ami, notamment parce qu'ils utilisent leurs appareils personnels pour accéder à des applications professionnelles.

Rendre le télétravail plus agréable pour vos équipes

Ce que la plupart des utilisateurs finaux attendent vraiment de leur entreprise en cette période de fêtes est une expérience de télétravail plus agréable. Même lorsqu'un vaccin sera rendu disponible au public, il est fort probable que la plupart des travailleurs continueront d'exercer, au moins en partie, leur activité depuis leur domicile. D'après un sondage mené par l'IEEE auprès de 350 DSI et directeurs techniques, plus de la moitié (52 %) des participants considèrent que leur principal défi en 2021 sera de faire face aux conséquences du ralentissement de la pandémie de COVID-19, notamment le nouveau mode de travail hybride mêlant bureau et télétravail (22 %), la réouverture des bureaux et autres installations (17 %) et la gestion d'équipes en télétravail permanent (13 %). S'il fait peu de doutes que les entreprises réévalueront leur approche en matière d'informatique à distance, c'est donc plutôt la question du calendrier qui se pose aujourd'hui.

Des réseaux étendus définis par logiciel (SD-WAN) aux outils de développement applicatif permettant de doter l'application de fonctions de gestion des accès intégrées, ce ne sont pas les options qui manquent pour cela. Quelle que soit l'approche adoptée, les équipes informatiques qui souhaitent entretenir de bonnes relations avec leurs utilisateurs finaux devront se pencher sans tarder sur la question, au risque d'avoir à gérer par écrans interposés la vague de mécontentement qui ne cesse de grandir au sein des entreprises.

Pour éviter d'avoir à faire face à une rébellion interne, les responsables informatiques les plus avisés solliciteront l'avis de leurs utilisateurs finaux dans un échange de bons procédés. En effet, le simple fait de conduire un examen des politiques et technologies internes suffit généralement à donner aux équipes le sentiment d'avoir été entendues. En contrepartie, les responsables informatiques pourront demander à leurs utilisateurs finaux de faire preuve d'une plus grande prudence dans leurs activités en ligne. La pandémie est loin d'être terminée et les cybercriminels comptent bien en profiter pour continuer à s'attaquer à vos données.

Le principal défi, mais il s'agit aussi là d'une belle opportunité pour les entreprises, sera donc de parvenir à contrer ces attaques sans sacrifier la productivité des équipes. Car, après tout, quelle meilleure revanche que de continuer à prospérer malgré toutes les attaques lancées à votre encontre ?

Limitez les risques grâce à un accès réseau zero trust

Remonter en haut de page
Tweeter
Partager
Partager