Principales préoccupations des organismes de santé concernant la sauvegarde d'Office 365.

Thèmes :
Version imprimable, PDF et e-mail

La protection des données est un enjeu important pour l'ensemble des entreprises, car les sanctions en cas d'erreur sont relativement lourdes, tant au niveau juridique que de leur réputation. Cette réalité est d'autant plus vraie pour les établissements de santé, qui doivent veiller à la sécurité des données sensibles des patients.

L'enquête mondiale menée par Barracuda auprès d'un échantillon de décideurs informatiques fait état des préoccupations des entreprises concernant les capacités de sauvegarde et de restauration d'Office 365.

Le passage massif au télétravail induit par la pandémie de COVID-19 a aggravé la situation, renforçant au passage le recours à Office 365 dans le secteur de la santé. Les équipes de soins devaient pouvoir collaborer/échanger sans le moindre risque pour les données sensibles. La solution Microsoft Teams s'est avérée cruciale dans la mise en place des consultations virtuelles et de la communication entre collègues. Même les établissements de santé qui utilisaient Office 365 avant 2020 ont considérablement étendu leur utilisation. Par exemple, MultiCare, une société de soins de santé basée dans l'État de Washington comptant 10 hôpitaux et plus de 290 cliniques, a dû passer au télétravail plus de 2 000 employés en quelques jours en mars 2020. Et il s'agissait uniquement des employés de bureau. Les médecins et autres soignants devaient pouvoir communiquer et partager des données sans se trouver dans la même pièce.

Mais cette explosion de l'utilisation et des données associées a entraîné de graves problèmes de protection et de sauvegarde des données. Bon nombre d'entreprises sont parties du principe que ces services étaient automatiquement activés, alors qu'en réalité, la société Microsoft elle-même recommande de recourir à une solution de sauvegarde tierce pour assurer une protection complète. Malgré cela, seule une personne interrogée sur trois a déclaré utiliser une solution de sauvegarde tierce. Bien que Microsoft fournisse une fonction de conservation native, ses capacités de récupération et sa convivialité sont loin des attentes des décideurs informatiques.

L'enquête révèle une série de préoccupations qui varient selon les secteurs d'activité et les pays.

Principales préoccupations des professionnels de santé en matière de sauvegarde

Les ransomwares sont une source d'inquiétude particulière pour les professionnels de la santé, 75 % d'entre eux craignant les attaques par ransomware sur Office 365, contre 70 % tous secteurs d'activité confondus. Un peu moins de la moitié des entreprises ont reconnu avoir été elles-mêmes victimes d'attaques par ransomware. Et pas moins de 63 % des personnes interrogées ont indiqué connaître une entreprise dont les données ont fait l'objet d'une demande de rançon et qui a eu du mal à les récupérer.

Malgré ces chiffres, et en dépit des préoccupations que suscite Office 365, la grande majorité des personnes interrogées continue d'utiliser uniquement les outils de conservation prêts à l'emploi de Microsoft. C'est le cas de 65,5 % des entreprises, une proportion que l'on retrouve à peu de chose près dans le secteur de la santé. Or, il s'agit là d'une très mauvaise interprétation des Conditions générales de Microsoft. La société Microsoft précise que sa seule responsabilité porte sur la disponibilité du service et non sur la sauvegarde des données des clients. Cela constitue une faille de sécurité monumentale dont la plupart des prestataires de soins de santé ne sont pas conscients.

L'emplacement géographique des données, c'est-à-dire le lieu où sont stockées les données de l'entreprise, était également source de préoccupation chez les professionnels de santé. D'après notre enquête, 73 % des personnes interrogées dans les établissements de santé étaient très ou assez préoccupées par le fait de sauvegarder des données en dehors de leur région, contre 66 % dans les autres secteurs d'activité. Cela s'explique sans doute par la sensibilité particulière des données médicales et de patients, comme en témoignent les réglementations et les lourdes amendes en vigueur dans de nombreux pays.

75 % craignent les attaques par ransomware sur Office 365, contre 70 % tous secteurs d'activité confondus.Cliquez pour tweeter

Opter pour une sauvegarde cloud-native

La réponse que ces entreprises attendent est un logiciel-service de sauvegarde et de restauration cloud-native facile à utiliser et rapide à mettre en œuvre, soit les raisons qui les ont poussées à choisir Office 365 en premier lieu. La médecine à distance ne peut aujourd'hui se passer de ces outils de collaboration.

Notre enquête mondiale met également en évidence des disparités régionales intéressantes. Pas moins de 57 % des personnes interrogées aux États-Unis ont déclaré avoir été confrontées à une attaque par ransomware au sein de leur entreprise, contre seulement 7 % au Japon et 14 % en Australie.

Cette enquête a été réalisée en janvier 2021 par le cabinet d'études indépendant Centropy pour le compte de Barracuda. Les chercheurs ont interrogé 1 828 décideurs informatiques appartenant à des entreprises comptant plus de 50 employés au Royaume-Uni, aux États-Unis ainsi que dans les régions EMEA et APAC. Le rapport complet est disponible ici en téléchargement.

 

Remonter en haut de page
Tweeter
Partager
Partager