La sécurité des infrastructures informatiques devient un enjeu politique