cyber-résilience

Nouvelle recherche : Les comportements à risque exposant les organisations australiennes aux cyberattaques

Version imprimable, PDF et e-mail

Le paysage des cybermenaces auquel sont confrontées les entreprises australiennes a évolué au cours des dernières années en raison de la transformation numérique, des perturbations dans les pratiques de travail et des tensions géopolitiques dans la région Asie-Pacifique. De nouvelles preuves suggèrent que les entreprises ne s'en sont pas toutes rendues compte.

Un nouveau rapport de Barracuda révèle une série de comportements à haut risque provenant des employés qui rendent les entreprises australiennes vulnérables aux cyberattaques, en particulier celles visant à exploiter les faiblesses des accès à distance, de l’authentification et des autorisations accordées.

L'étude a interrogé plus de 500 employés travaillant dans l'informatique ou non, dans des entreprises australiennes, sur les défis de sécurité liés aux modes de travail à distance ou hybrides et sur la culture de la sécurité.

Résultats clés

Près d'un quart des entreprises interrogées (23 %) a subi une faille de sécurité, et un peu plus de la moitié (51 %) d’entre elles ont été touchées au cours des 12 derniers mois.

Les entreprises sont extrêmement vulnérables aux menaces véhiculées par e-mail

  • 52 % des utilisateurs sur mobile cliquent sur un lien s’il provient d’un « expéditeur » en qui ils ont confiance.
  • 60 % des répondants supposent qu’un lien dans un e-mail peut être cliqué sans risque si l’e-mail est passé par le système informatique de l’entreprise.
  • 20 % des personnes ayant cliqué sur un lien malveillant ne s'en sont rendues compte que lorsque leur machine a été infectée par un logiciel malveillant ou un ransomware.
  • 37 % des personnes interrogées n’ont pas reçu de formation dans des domaines clés de la sensibilisation à la cybersécurité (sécurité des e-mails, logiciels malveillants ou ransomwares), et 14 % n’ont reçu aucune formation.

La sécurité passe après la flexibilité et la productivité, et l'équipe dirigeante est la plus concernée

  • 44 % des personnes interrogées déclarent que les systèmes de sécurité les empêchent d'être efficaces au travail.
  • 33 % admettent avoir contourné les règles pour accomplir une tâche. Cela inclut l'utilisation d'un navigateur non approuvé (31 %), passer par un VPN privé (29 %) et l'utilisation de logiciels tiers non autorisés (22 %).
  • Les cadres supérieurs sont les plus susceptibles de contourner les règles, 52 % d'entre eux déclarant utiliser des logiciels tiers ou des services cloud non autorisés pour travailler.

L'étude a été commanditée par Barracuda à StollzNow Research. StollzNow a interrogé 504 décisionnaires informatiques et employés non-informatiques, travaillant dans des entreprises australiennes d'au moins 50 employés et utilisant un ordinateur pour le travail.

Obtenez votre exemplaire du rapport The State of Cyber Resilience in Australia 2022 dès aujourd’hui pour en savoir plus sur l’impact des pratiques de travail hybrides et à distance sur la sécurité et l’évolution du paysage des menaces pour les entreprises australiennes.

Obtenez votre exemplaire du rapport

 

Remonter en haut de page
Tweeter
Partager
Partager